L’ostéopathie pour le sportif

Mes objectifs sur votre consultation 

 

Le traitement des douleurs

La meilleure récupération possible

L’optimisation de vos performances

Un athlète cultive son corps, un praticien le soigne

douleur-osteopathe

Quand consulter ?

Pourquoi consulter avant la blessure ?

La visite trimestrielle chez l’ostéopathe est un atout majeur dans la prévention des blessures !

L’ostéopathe rééquilibre les différentes structures du corps avec facilité.

Aucun blocage particulier ne sera à prendre en compte dans le déroulement du traitement.

Ce traitement sera préventif et thérapeutique permettant d’anticiper une blessure pénalisante.

Préparer une épreuve sportive

Il est possible de procéder à certains ajustements avant l’épreuve. En fonction du sport pratiqué, on procédera soit à une action de détente avec un travail crânien, soit au contraire à un travail plus dynamique avec une approche structurelle.

Dans le cadre d’une approche posturale, l’ostéopathe peut amener à un meilleur rendement du corps : une dépense d’énergie contrôlée pour de meilleures performances !

Suivi thérapeutique

Le sportif, dans son activité impose à son organisme des contraintes mécaniques.

Ces contraintes sont généralement sous-estimées.

Elles peuvent déclencher pendant ou après la compétition, des douleurs et une perte de mobilité sur l’ensemble des structures ligamentaires, musculaires et articulaires

 3 méthodes ostéopathiques pour apporter une efficacité maximale :

cranien-osteopathe

La méthode crânienne

Cette technique très douce a pour objectif d’évaluer et d’améliorer le fonctionnement du système cranio-sacral.

Ce système relie les os du crâne, la colonne vertébrale et le sacrum.

visceral-manipulation

La méthode viscérale

L’ostéopathe teste la mobilité abdominale et redonne aux viscères, par des techniques adéquates, la mobilité nécessaire à leur bon fonctionnement.

index-ostepathie

La méthode structurelle

Elle permet de traiter les articulations et les tissus péri-articulaires.

Il se peut que le patient sente un craquement, cela n’est qu’une petite bulle d’air dans l’articulation.